Le Gcode … c’est quoi ? Anatomie d’un slicer

Si vous êtes pratiquant de l’impression 3D, vous avez forcément entendu parler du Gcode … mais le comprenez vous ? Partons à la découverte de ce langage, de plus en plus caché derrière les écrans de nos imprimantes, mais toujours aussi présent !

Un petit rappel sur le processus d’impression 3D

Afin de ne perdre personne commençons par nous rappeler par quelles étapes passe un modèle 3D avant de prendre vie dans nos imprimantes !

Tout commence par la récupération ou la création d’un modèle 3D : très souvent celui-ci sera au format stl ou obj. D’autres formats existent, qui peuvent être spécifiques à un logiciel de modélisation 3D par exemple, mais les 2 formats cités sont ceux qui sont universellement acceptés pour la prochaine étape … le slicing (ou tranchage) !

C’est cette étape qui nous intéresse aujourd’hui puisque le slicer (Cura, Simplify3D, Ideamaker …) a pour rôle de convertir votre modèle 3D (donc un solide en 3 dimensions) en instructions pour votre imprimante.

Comme vous le savez, votre imprimante 3D dépose le plastique couche par couche, le trancheur va donc … trancher … votre modèle 3D et écrire dans un fichier les instructions correspondant aux déplacements que devra effectuer l’imprimante pour la réalisation du modèle.

Pour résumer, le fichier Gcode contiendra donc une succession d’instructions à destination de la machine, qui lui diront à quelle température chauffer, et quels seront les mouvements successifs que doit réaliser la tête d’impression.

Le chapitre où l’on plonge dans le Gcode …

Et donc concrètement, à quoi ça ressemble ? Vous pouvez le découvrir très facilement car un fichier gcode est finalement un fichier texte, et peut donc être ouvert avec n’importe quel éditeur (comme le bon vieux bloc notes de Windows …). Pour la minute d’histoire, le Gcode n’est pas nouveau ou spécifique à l’impression 3D, il s’agit d’un langage utilisé pour contrôler de nombreuses autres machines à commandes numériques.

L’extrait d’un fichier gcode préparé par Simplify 3D

Dans ce fichier, les lignes commencant par un « ; » seront des commentaires : destinés uniquement à faciliter la compréhension du fichier, ils ne seront pas interprétés par la machine.

Toutes les autres lignes correspondent à des consignes à destination de votre imprimante 3D. Pour traduire ce langage, vous pouvez vous référer à la page du wiki reprap.org dont voici le lien.

Vous y trouverez toutes les informations nécessaires à la compréhension de ces lignes. Par exemple les lignes G1 correspondant à un mouvement, sont suivies de différents paramètres : Xxxx / Yxxx / Zxxx pour les déplacements sur les 3 axes, Exxx pour la rotation du moteur d’extrusion, et Fxxx qui déterminera la vitesse de déplacement.

Et … ça me sert à quoi tout ça ?

Déjà, et tout simplement … c’est toujours plus sympa de comprendre ce qui se passe sous le capot n’est-ce pas ?

Dans certains cas il pourra être utile de savoir mettre les mains dans le Gcode, quelques exemples simples :

  • Pour débugger ! Vous lancez une impression et rien ne se passe, la tête ne chauffe pas … vérifiez dans le gcode que l’on a bien une ligne M109 avec la température souhaitée. Utile aussi si vous retrouvez un vieux gcode et que vous n’êtes plus surs des réglages utilisés (même si pour ce point, il est généralement possible de réouvrir le gcode avec son slicer)
  • Pour customiser ! La plupart des slicer insèrent un commentaire « LAYER » indiquant le début de chaque couche d’impression. Cela peut vous permettre d’insérer manuellement dans le gcode une pause pour changer de filament : il suffit d’ajouter une ligne « M600 » avant le début de la couche de votre choix !

Des questions sur le gcode ? N’hésitez pas à nous contacter, et surtout soyez curieux, prenez 5 minutes pour ouvrir un fichier et voir ce qu’il s’y passe 😉

 

Laisser un commentaire