Guide d’achat : Le plateau chauffant

La série d’articles courts « guide d’achat » a pour but d’explorer les différentes caractéristiques techniques proposées sur les imprimantes et d’expliquer leur utilité.

Lorsque l’on réfléchit à l’achat d’une imprimante 3D, l’une des premières caractéristiques à étudier est la présence ou non d’un plateau chauffant. Nous allons découvrir ensemble pourquoi.

Le plateau chauffant, pourquoi faire ?

Le plateau d’impression (« bed » dans la langue de Shakespeare) est la partie qui vient accueillir votre impression. Son importance est primordiale car une mauvaise adhésion de la pièce au plateau, et c’est l’échec assuré de l’impression. Ce plateau peut être chauffant sur certains modèles, ce qui veut dire qu’il pourra être maintenu à la température de votre choix tout au long de l’impression (généralement autour de 50°C pour le PLA et de 100°C pour l’ABS).

Impression sur BCN3D Sigma, équipée d’un plateau chauffant, avec surface d’impression en verre.

Chauffer le plateau permet d’améliorer l’adhésion de la pièce imprimée au plateau, et d’éviter ainsi son décollement (ou sa déformation, le redouté « warping ») au cours de l’impression.

Cependant le plateau chauffant est loin d’être une obligation. Beaucoup d’imprimantes d’entrée de gamme, comme la Flashforge Finder présentée dans un article précédent, en sont dépourvues. Une imprimante sans plateau chauffant pourra parfaitement réaliser des impressions à base de PLA, et de nombreux filaments techniques, dérivés ou non du PLA (filament bois, cuivre, carbone…) sont peu sujets au warping et s’impriment très bien sur un plateau à température ambiante.

Plateau chauffé ou non, n’oubliez pas qu’il est très recommandé d’ajouter à votre plateau un adhésif : laque, colle en bâton, chacun ou presque a sa technique favorite pour éviter les mauvaises surprises.

Et donc, le warping ?

Ce mot que vous avez remarqué plus tôt dans l’article désigne une déformation de l’objet en cours d’impression. Cela apparaît généralement dans les coins d’un objet, et est du à un rétrécissement du plastique durant son refroidissement.

Exemple de pièce ayant subi un léger warping dans un coin

Comme évoqué plus haut, certains matériaux sont plus sujets que d’autres au warping, l’ABS étant l’exemple classique nécessitant quasi obligatoirement un plateau chauffant pour réussir l’impression. Cependant l’impression en PLA n’est pas exempte de risques, et l’utilisation d’un plateau chauffant à une température moyenne (généralement 50°) diminuera le risque de warping.

Plus généralement, l’impression des premières couches est extrêmement importante, ne négligez pas la calibration de la hauteur du plateau, qui si elle est réalisée correctement conduira à une première couche bien écrasée et donc qui adhèrera mieux. Certains paramètres de votre slicer modifiant la première couche peuvent également aider, comme par exemple l’ajout d’un brim : l’usage de ces techniques (brim / raft / skirt…) fera l’objet d’un prochain article !

One thought on “Guide d’achat : Le plateau chauffant

Laisser un commentaire