Impression 3D de coques en plastique flexible

Dans cet article nous vous présentons le déroulement d’une de nos commandes récentes qui a demandé beaucoup de travail : la réalisation et impression de coques sur mesure en flexible pour la protection de tablettes.

Répondre au besoin : Modélisation et prototypage

Pourquoi l’impression 3D alors qu’on parle d’un produit normalement trouvable dans le commerce ? La situation était ici particulière, s’agissant d’une flotte de tablettes pour un professionnel, équipées d’options (batteries additionnelle …) rendant incompatible l’utilisation de coques aux dimensions standard.

C’est donc dans ce type de situation que l’impression 3D prend tout son sens, puisque les coques ont pu être réalisées sur mesure, mais également customisées à la demande du client, par exemple pour les ouvertures donnant sur les connectiques, ou des fentes permettant d’ajouter une sangle à l’arrière.

Armés de Fusion 360 et d’un pied à coulisse, nous avons donc attaqué la modélisation afin de réaliser un premier prototype permettant de valider avec le client les dimensions et le rendu de la coque.

Modélisation coque lenovo sous Fusion 360
Un aperçu de la version finale du modèle 3D.

Le premier prototype réalisé était satisfaisant au niveau du rendu, et a permis de détecter quelques écarts qui seront corrigés sur la version finale. Le plastique avait notamment une légère tendance au rétrécissement une fois refroidi, ce qui sur un objet de cette taille (quasiment 30cm) amenait des écarts suffisants pour être remarqués (coque difficile à enfiler) mais qui ont été facilement compensés en retouchant le modèle 3D.

Validation prototype coque lenovo
Validation du prototype de la coque. On voit que les dimensions sont légèrement trop serrées ce qui déforme légèrement la coque.

Après validation, on passe à l’impression 3D !

Une fois le prototype validé on peut passer à la production. L’impression est réalisée en cheetah, parmi les filaments flexibles c’est un de ceux ayant le shore le plus élevé, et aussi qui s’imprime le plus facilement. Voir notre article sur les flexibles pour plus d’explications !

Les impressions ont été réalisées sur nos imprimantes Scalar L et XL. Les dimensions étaient vraiment à la limite de ce que peut encaisser la Scalar L : longueur 29,7cm pour un plateau de 30cm.

Impression 3D sur Scalar L
Début de l’impression de la coque sur la Scalar L

Chaque impression durait 22h pour environ 260g de filament consommé. C’est ce dernier point qui a été le plus embêtant puisque le Cheetah en diamètre 1.75 n’est disponible que par bobines de 500g … il a donc fallu jongler habilement avec les fins de bobines. Le cheetah s’imprime très facilement avec des réglages similaires à l’ABS, le seul petit accroc étant au moment du chargement du filament : si le filament se bloque vers l’avant, étant très flexible, il a tendance à s’échapper par le côté de l’extrudeuse.

Enfin, à la demande du client, nous avions prévu des fentes permettant de passer une sangle afin de pouvoir tenir confortablement la tablette dans la main lorsque l’on n’est pas au bureau. Nous avons fait appel aux mains habiles de Delphine de Takalfaire.com pour l’ajout des sangles visibles ici à l’arrière. Merci à elle pour son travail !

La coque complète avec sa sangle et fermeture par boutons pressions

Le travail était intéressant de par l’ampleur de la commande et des défis techniques à surmonter, n’ayant pas l’habitude de réaliser des objets dans cette dimension avec le plastique flexible. Le résultat est vraiment satisfaisant et démontre encore une fois la grande variété des usages de l’impression 3D !

Laisser un commentaire