Post-traitement d’une pièce reproduite au scanner 3D

Nous avions posté récemment cette image sur les réseaux sociaux, pour montrer que l’impression 3D et un peu de travail manuel permet d’obtenir un résultat vraiment bluffant. Découvrons ensemble la méthode qui a été appliquée pour cette pièce.

Explications du projet, et impression 3D

Le projet consistait à reproduire une pièce, celle à gauche sur la photo d’en-tête, ayant un rôle esthétique sur une carrosserie de voiture. Le respect de la forme extérieure était donc très important, et pour éviter toute approximation nous avons récupéré celle-ci à l’aide de notre scanner 3D Einscan-S. Ce procédé pourrait à lui seul faire l’objet d’un article, mais ce n’est pas le sujet aujourd’hui !

Il est complexe d’avoir un rendu correct en impression 3D sur ce type de pièces, les courbures douces font en effet énormément ressortir les couches d’impression avec un effet d’escalier très prononcé.

La pièce sortie de la Zortrax M200 après retrait du raft et des supports

Pour la démonstration nous avons poussé le vice jusqu’à imprimer la pièce dans la pire configuration possible pour le rendu : face courbée contre le plateau, posée sur des supports. Et dans une résolution de 190 microns. Le résultat ci-dessus est assez effrayant il faut l’avouer !

Post-traitement de la pièce imprimée

Pour résumer le travail effectué sur la pièce nous pourrions distinguer 3 étapes :

  • Ponçage
  • Lissage
  • Peinture

La première étape consiste en un simple ponçage au papier de verre. Un grain grossier peut être utilisé, le but est simplement de préparer le terrain pour l’étape suivante en retirant le plus gros des irrégularités.

Après cette étape la pièce a l’aspect suivant… pas de grande différence à part des bordures un peu plus lisses :

La pièce a beaucoup blanchi à cause du ponçage… et du papier de verre qui avait déjà été utilisé sur du mastic pour une réalisation précédente !

Pour commencer le travail de lissage nous avons utilisé du mastic de carrosserie en deux composantes. L’utilisation et très simple : mélanger le produit et le durcisseur selon les proportions indiquées, et appliquer la « pâte » sur la surface que l’on souhaite reboucher/lisser.

Le produit durcit très vite, et est très simple à poncer. Le but sera de faire une couche suffisamment fine pour ne pas avoir à poncer pendant des heures, mais pas trop fine pour que le mastic recouvre bien les détails à lisser. Ici encore, ne vous inquiétez pas d’avoir quelques bavures, vous rattraperez ces points par la suite.

Une fois le mastic durci, on repasse au ponçage : un premier passage au papier de verre fera le plus gros du travail. Pour la finition, nous utilisons du papier à poncer de carrosserie, prévu pour le ponçage sous l’eau. C’est à cette étape, avec un grain plus fin, que le résultat commence à devenir bluffant.

Le résultat peut semble grossier à l’oeil, mais au toucher c’est presque soyeux !

On voit très bien sur la photo ci-dessus que le mastic est venu combler les interstices entre les couches de l’impression. Vous constaterez directement au toucher si certaines parties ne sont pas suffisamment lissées : dans ce cas répétez tout simplement l’opération (mastic + ponçage) sur la zone en question.

Il ne reste plus qu’à passer à la peinture pour finir le travail. Peinture acrylique en bombe puis vernis brillant (un vernis mat aurait surement été plus proche de la pièce à copier… mais on en avait plus !) :

La peinture révèle vraiment le résultat du lissage. Il reste encore quelques traces, rien n’empêche de refaire un lissage pour les plus perfectionnistes !

Les opérations réalisées n’ont rien de très complexes, et le résultat, bien que demandant plus de travail, sera beaucoup plus localisé qu’un lissage à l’acétone : ici des fixations sont présentes au dos de la pièce qu’il aurait été fâcheux de déformer.

On termine l’article sur une petite photo des produits utilisés, tous très faciles à trouver en magasin de bricolage ou sur internet ! N’hésitez pas à nous poser toutes vos questions dans les commentaires ou sur les réseaux sociaux.

 

Laisser un commentaire