Présentation et test de l’imprimante 3D Flashforge Finder

Plus petit modèle proposé par le constructeur Flashforge, la Finder se positionne dans l’entrée de gamme des imprimantes Plug’n’Play à filament plastique. Découvrons ensemble ce qu’elle nous propose.

Caractéristiques principales :

La Finder est le prototype même de l’imprimante 3D pour débutant. Ses limitations sont évidentes au premier regard : l’absence de plateau chauffant vous limitera majoritairement à l’utilisation du PLA, et son volume de travail de 140x140x140mm pourra rebuter ceux qui envisagent des impressions de grand format.

Mais nous avons déjà fait le tour des sujets qui fâchent. A l’ouverture du carton on découvre, derrière un design quasiment enfantin avec ses coins arrondis et son plastique rouge une machine robuste. L’aspect ludique nous est d’ailleurs confirmé au démarrage lorsqu’elle nous accueille d’une petite mélodie enjouée.

Niveau connectique tout est prévu pour un usage simple, et le choix est laissé à l’utilisateur entre un fonctionnement piloté depuis l’ordinateur par cable USB, ou par wifi, ou encore en chargeant les modèles sur clé USB.

Equipée d’une buse de 0.4mm de diamètre, la Finder utilise du filament de 1.75mm de diamètre et vous propose via le slicer FlashPrint des résolutions d’impression comprises entre 50 et 400 microns, les réglages par défaut se situant à 80 microns pour une impression de haute qualité, et descendant à 300 microns pour une impression rapide.

Installation et première impression :

Une fois sortie de la boîte la Finder est rapidement opérationnelle. Une bobine de PLA fournie avec l’imprimante est à installer dans la cartouche qui vient s’insérer à l’arrière. Il faudra faire passer le filament, via un tube guide fourni, de cette cartouche jusqu’au dessus de l’extrudeur.

Un tournevis et un jeu de clés Allen sont fournis avec l’imprimante mais nous n’avons pas eu à les utiliser, l’installation ne nécessitant aucun assemblage, uniquement du déballage.

Une fois l’imprimante mise sous tension, nous retrouvons rapidement via l’écran tactile le menu de maintenance depuis lequel nous déclencherons la calibration. Celle-ci est semi automatique : guidés par les consignes à l’écran nous réglons via les 3 vis situées sous le plateau l’alignement de celui-ci. Les consignes sont claires, il suffit pour chaque point de visser jusqu’à entendre un signal sonore, puis de valider sur l’écran.

Un menu similaire nous permettra ensuite de charger (et plus tard décharger) le filament. Là encore le processus est classique, la machine met l’extrudeur en chauffe, une fois la température requise atteinte, on vous demandera d’insérer le filament, et de valider une fois que vous le voyez sortir via la buse.

Une fois cette étape réalisée vous pouvez déjà lancer un test en utilisant un des modèles fourni par défaut sur la clé USB. Un tube de colle est fourni dans l’emballage, il est fortement recommandé d’en appliquer une fine couche sur le plateau au moment de déclencher l’impression pour garantir la bonne adhésion au plateau.

Le plateau fourni pourra être retiré en le faisant coulisser vers vous. Après avoir détaché votre objet un simple passage à l’eau tiède suffira pour le débarasser de l’excès de colle et le rentre à nouveau propre pour l’impression suivante.

Utilisation de FlashPrint

L’installeur du logiciel FlashPrint, fourni par le constructeur, est présent sur la clé USB, et peut également être récupéré sur le site du constructeur.

Finder Support

Rien de dépaysant par rapport à un slicer habituel : au lancement nous sommes amenés sur une vue 3D de la zone d’impression (vide), sur laquelle nous pouvons charger un ou plusieurs modèles au format stl ou obj.

Les boutons de la barre latérale permettent de manipuler les modèles via les fonctions classiques : déplacement, rotation et mise à l’échelle. Pas évident au premier abord : un deuxième clic sur le bouton souhaité ouvre un panneau dans lequel les valeurs peuvent être saisies manuellement, ce qui est beaucoup plus pratique pour obtenir des résultats précis.

La dernière fonction de la barre latérale vous permet de séparer votre modèle selon un plan, ici aussi un double clic permettra d’accéder à des options bien plus intuitives.

Une fois votre modèle préparé, vous pourrez si besoin demander au logiciel la génération de supports. Plusieurs réglages sont disponibles, permettant de choisir entre des supports linéaires, ou en branche d’arbre, et de paramétrer le seuil d’inclinaison à partir duquel un support est souhaité, et les dimensions de celui-ci.

Les supports peuvent également être directement dessinés et/ou supprimés sur la vue 3D, ce qui permettra d’obtenir un résultat au plus proche de vos souhaits, en renforcant par exemple certaines zones, ou au contraire en évitant de positionner des supports à des endroits gênants.

Finalement, le bouton « Imprimer » vous emmènera dans les réglages de l’impression. 4 réglages par défaut allant d’une qualité Basse (300 microns) à Supérieure (80 microns) vous sont proposés. En utilisant du PLA standard nous avons toujours obtenu de très bons résultats avec ces réglages. Cependant pour ceux qui souhaitent paramétrer plus précisément, les différents onglets permettent d’agir sur un très grand nombre de paramètres. Nous noterons, en plus des réglages classiques d’un slicer, la possibilité de choisir le motif de remplissage interne entre hexagones (par défaut), triangles et lignes.

Enfin, le résultat pourra être enregistré, et l’impression déclenchée directement depuis le logiciel (si connexion Wifi ou par câble USB) ou depuis l’écran tactile de l’imprimante dans le cas d’un modèle chargé sur clé USB. Petit bonus, les modèles utilisés sont sauvegardés dans la mémoire de l’imprimante pour une réutilisation ultérieure.

En conclusion

Devant sa facilité d’utilisation nous oublions très vite les quelques défauts que nous pouvons imaginer à la lecture de la fiche technique. Pour peu que l’on soit satisfait des dimensions, et de la restriction au PLA, la Finder est une excellente imprimante pour son prix, très agréable à utiliser, et qui sur la vingtaine d’impressions réalisées jusqu’à ce test, ne nous a causé aucune déception.

Au moment de l’écriture de ce test nous la proposons en boutique à 649.90€. Pour ce prix elle est un excellent achat pour qui veut une machine simple, prête à l’emploi, et fiable.

De plus son niveau sonore est relativement discret, à l’exception des petites mélodies utilisées pour nous saluer, et d’éventuelles vibrations selon la topologie du modèle imprimé.

L’utilisation du Wifi pour déclencher les impression est la petite cerise sur le gâteau qui vous évitera, si la machine n’est pas à portée d’ordinateur, les habituels aller-retour avec votre clé USB.

A recommander sans hésitation aux débutants et aux budgets modestes.

2 réflexions au sujet de « Présentation et test de l’imprimante 3D Flashforge Finder »

Laisser un commentaire