Test imprimante 3D : Zortrax M200

La première imprimante 3D sur laquelle nous avons posé les mains, et toujours aujourd’hui une des plus utilisées dans notre boutique : voici la présentation de la Zortrax M200 !

Plug’n’Play j’écris ton nom …

Vous vous en doutez au vu de l’introduction, nous avons quelques éloges en réserve pour ce modèle. La grande force de Zortrax, largement reconnue, est d’avoir su proposer un modèle prêt à l’emploi dès la sortie du carton, une utilisation très simple à la fois de la machine et du logiciel de tranchange Z-Suite, et une qualité d’impression professionnelle accompagnée d’un taux d’échec très bas.

Bien sur ces forces s’accompagnent de quelques inconvénients, qui pourraient même s’avérer rédhibitoires selon votre philosophie de l’impression 3D. Il est temps de rentrer un peu dans les détails …

Ce qu’elle a dans le ventre :

Les caractéristiques principales de la Zortrax :

  • Un volume d’impression que nous qualifierons de standard : 200x200x200mm
  • Un plateau chauffant, et une enceinte pouvant être fermée par l’ajout des « Z-Panels » en option
  • Une résolution en Z jusqu’à 90 microns
  • Transfert des modèles à imprimer par carte SD, et manipulation de la machine via un écran LCD et un bouton en façade
  • Calibration automatique du plateau grâce à un capteur capacitif

On le voit à la lecture de ces informations, la Zortrax propose du standard : peu d’options gadget, une machine robuste et fiable.

Une petite faiblesse matérielle, au niveau du connecteur du cable de l’extrudeur, pourra être corrigée très facilement par l’ajout d’une petite pièce à imprimer « maison ».

L’imprimante est fournie avec un kit très complet d’accessoires (pinces/gants/spatule/cutter …) et le support Zortrax sur le site présente de façon exhaustive les différentes opérations de maintenance, le tout accompagné de vidéos très claires.

L’utilisation de la Zortrax M200 :

Nous allons mettre le focus sur 2 caractéristiques de la Zortrax qui ont une grande influence sur son utilisation : le logiciel Z-Suite, et son plateau d’impression.

Vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous, la Zortrax est équipée d’un plateau perforé. La majorité des imprimantes sur le marché utilisent un plateau lisse, ce qui permet d’avoir une très jolie surface inférieure … mais nécessitera l’ajout de produits de fixation sur le plateau (colle en tube, laque, dimafix …) pour éviter que l’objet se décolle et fasse échouer l’impression.

Ce choix du plateau perforé par Zortrax permet d’assurer une très forte tenue de l’objet sur le plateau, du fait du plastique qui va s’insérer dans les perforations et augmenter la surface de contact et l’accroche. En contrepartie, les objets seront systématiquements imprimés accompagnés d’un « raft » : une couche supplémentaire de matière située sous l’objet, et qui sera à décoller après impression. De cette façon, on obtient à la fois une très bonne accroche, et une jolie surface inférieure … en contrepartie de quelques grammes de matière gachée à chaque impression.

Second point qui a son importance : le logiciel Z-Suite. Il s’agit du slicer (logiciel transformant le modèle 3D à imprimer en instructions pour la machine) fourni par Zortrax : pour cette machine vous n’aurez pas la possibilité d’utiliser des logiciels libres comme Cura.

L’interface est claire, et toutes les fonctions nécessaires sont simples à utiliser. De façon très standard il est possible de déplacer un modèle et de le redimensionner, et une fois l’impression préparée le logiciel indiquera le temps estimé d’impression et la quantité de matière consommée.

Petite fonctionnalité intéressante, il sera possible de positionner des « pauses » dans l’impression, qui pourront être utilisées pour changer de filament en cours de route, et donc imprimer des objets en plusieurs couleurs.

C’est en revanche dans les réglages de l’impression que l’on peut être surpris. Z-Suite mâche énormément le travail, par exemple impossible de définir manuellement la température d’impression souhaitée, on choisira à la place le matériau d’impression (parmi ceux proposés par Zortrax) et tous les réglages le concernant seront automatiquement appliqués.

MAJ 04/05/2017 : Depuis la version de Z-Suite 2.10 il est également possible de sélectionner « External Materials ». Dans ce cas de nombreux réglages deviennent disponibles (température d’extrusion, du plateau, vitesse d’impression, rétractation …) ce qui rend la Zortrax très ouverte à présent en terme de matériaux !

En conclusion :

Les bons points de cette imprimante ont été décrits à de multiples reprises, et vous aurez compris que ses défauts viennent principalement de son système fermé qui ne donne pas la main sur l’ensemble des réglages, et compliquera la tâche si l’on souhaite utiliser du filament non propriétaire.

MAJ 04/05/2017 : Le défaut cité ci-dessus n’est plus d’actualité depuis la MAJ Z-Suite 2.10 qui ouvre le système aux matériaux non constructeurs. Cela change totalement la donne car c’était le principal argument contre cette machine à la qualité irréprochable !

Vous pouvez retrouver la Zortrax M200 en démonstration dans notre boutique Matrix 3D Concept Niort, où elle est également en vente. C’est une excellent machine pour particuliers, et un très bon entrée de gamme pour professionnels, très prisée notamment au sein des bureaux d’études.

Vous souhaitez plus d’informations sur la Zortrax M200 ? Contactez-nous via le formulaire ci-dessous !

Laisser un commentaire