Test de l’imprimante 3D Scalar L de 3DModularSystems

Pour ce test nous allons vous présenter notre petite dernière, reçue et montée il y a quelques semaines : la Scalar L de chez 3DModularSystems.

Pourquoi avons nous choisi cette machine ? Nous cherchions :

  • Une machine en kit
  • Un plateau format 30*30
  • Un fabricant français, parce que ça fait plaisir de faire bosser les voisins, mais aussi pour la proximité du SAV
  • Pas forcément le kit le moins cher possible mais plutôt de la qualité et une machine bien conçue

Après recommandation de nos collègues de Matrix 3D Clermont, nous sommes donc partis sur la Scalar L ! Petite présentation …

La gamme Scalar chez 3DModularSystems

Les Scalar se déclinent en plusieurs tailles, allant de la Scalar S (20*20*20cm) à la XL (40*30*30cm).

Niveau prix, au moment ou l’on écrit l’article, la gamme se situe environ entre 500 et 1000€, avec quelques variations selon les options choisies (ajout du plateau chauffant, choix de la tête chauffante …).

Lors de notre acquisition de la Scalar L, nous avons choisi d’y ajouter le plateau chauffant, et d’installer une tête E3DV6 en 1.75mm (version full metal montant à 300°C).

Au niveau des caractéristiques importantes :

  • Extrudeur placé en direct Drive
  • Sonde à inductance pour détection automatique du plateau
  • Plateau chauffant 700W en 220V, chauffe très rapidement
  • Firmware Marlin préinstallé et préconfiguré
  • Afficheur LCD et lecteur de carte SD

Le montage de la machine

La machine est reçue entièrement en kit, avec certains éléments préassemblés (roulements positionnés dans les pièces plastiques, tête chauffante assemblée …).

Un aperçu d’une partie du kit reçu pour la Scalar L

Le manuel disponible en ligne est très clair, et accompagné de vues 3D de l’imprimante, qui peuvent s’avérer utiles pour mieux visualiser l’ensemble. De plus, beaucoup de choix techniques sont expliqués dans la documentation, ce qui est très agréable pour la pédagogie.

Nous n’avons pas rencontré de difficulté particulière lors du montage. Il commence par l’assemblage du chassis en profilé aluminium. L’ensemble des pièces composant celui-ci sont métalliques, l’ensemble formé est assez rigide, ce qui sera un avantage non négligeable vis à vis de modèles proposant des chassis acryliques, ou tenus par des pièces imprimées en 3D.

Le chassis assemblé, première étape du montage

Nous estimons avoir passé au total environ 6 à 7h sur le montage, en prenant notre temps. Nous avons choisi dans un premier temps de ne pas complètement cacher tout le câblage, au cas où nous ayons à reprendre un branchement, même si finalement ce ne sera pas nécessaire car tout a fonctionné du premier coup !

Premières utilisations et réglages

Pas grand chose à dire finalement dans cette partie du test. Après avoir suivi la procédure de la documentation et constaté aucun souci particulier nous avons configuré Cura et effectué le réglage du Z-Offset.

Une première impression puis une seconde sur des petits objets de tests se sont déroulées sans gros problème de qualité. Nous avons constaté un léger wobble sur nos premières pièces, et parfois de fortes vibrations des tiges filetées. Le tout a été réglé après avoir :

  • Remonté légèrement les coupleurs entre les moteurs de l’axe Z et les tiges filetées, pour éviter qu’ils soient en contact à l’intérieur
  • Ajusté légèrement le serrage des 2 mâchoires de l’axe Z, en vérifiant que tous les roulements étaient bien en contact avec le profilé mais sans avoir de jeu dans la mâchoire
  • Regraissé légèrement les tiges filetées

Après quelques semaines …

Nous sommes a 100% satisfaits de notre nouvelle machine ! Nous avons testé pas mal de matériaux différents sans souci : PLA / ABS / Semiflex et Cheetah.

Ci-dessous un exemple de pièce imprimée de grande taille pour une pièce de Cosplay, une impression de 8h sans aucun souci, avec une belle qualité d’impression même en résolution 200 microns.

La moitié du pistolet de D.Va, PLA SOVB3D couleur Aluminium, résolution 0.200

Nous sommes passés sous Simplify3D pour le slicing car nous avions déjà acquis la licence pour une autre machine, mais aucun souci particulier à signaler en travaillant avec Cura, qui est de toute façon la référence Open Source aujourd’hui.

Dernier coup de chapeau à l’équipe de 3DModularSystems pour leur réactivité, autant par mail que par téléphone ou sur Twitter, nous vous les recommandons pour leur sérieux et leur sympathie.

N’hésitez pas à passer nous voir à la boutique pour voir la Scalar L qui est depuis son achat quasiment toujours en fonctionnement !

 

2 réflexions au sujet de « Test de l’imprimante 3D Scalar L de 3DModularSystems »

  1. Sylvain dit :

    Vous auriez par hasard un profil s3d à me passer car j’ai aussi la scalar L et s3d, mais impossible a le faire fonctionner avec, par avance merci

    • Equipe Matrix 3D Niort dit :

      Je regarde ça demain au bureau. De mémoire je l’ai créé en custom avec le même genre de paramètres que ceux qui sont conseillés pour Cura dans la doc de 3DMS, je vais vérifier ça.

Laisser un commentaire