• +05 49 35 65 04
  • contact@3dniort.xyz

L’impression 3D pour la réparation

L’impression 3D pour la réparation

On pense tellement aux applications innovantes, parfois futuristes de l’impression 3D, que parfois les utilisations les plus quotidiennes passent sous le radar … alors qu’elles sont les plus importantes !
 
L’impression 3D pour remplacer les pièces plastiques cassées/perdues … et réparer au lieu de jeter, c’est vraiment ce que l’on préfère. Si vous êtes passés à côté de cette possibilité, on vous la présente en quelques mots.

Impression 3D et réparation : les grandes lignes

Pour être intéressante dans le domaine de la réparation, l’impression 3D doit permettre de répondre à 3 critères principalement :

  • La solidité : puisqu’il faut que la nouvelle pièce remplisse la même fonction que la pièce à remplacer … qui souvent elle-même a cassé
  • Le prix : il ne faudra pas que le coût du remplacement soit supérieur à la valeur de l’objet à réparer, sans quoi elle perd de son intérêt

Il ne sera généralement pas question de recréer en impression 3D plastique une pièce qui était à l’origine en métal. Il ne sera généralement pas non plus intéressant d’utiliser l’impression 3D, qui n’est rien d’autre qu’un service de création « sur mesure », pour essayer de faire des économies sur une pièce que l’on trouve facilement dans la distribution.

Tous ces points seront à évoquer lors de l’étude préliminaire qui sera la première des 3 étapes pour obtenir sa pièce imprimée …

Etude préliminaire d’une pièce à recréer

Sous ce titre ronflant se cache finalement une simple discussion et du bon sens. Malgré tout c’est très certainement l’étape la plus importante, à ne pas négliger sous peine de repartir de 0. Et c’est aussi celle qui prend tout son intérêt lorsque l’on fait appel à un spécialiste !

On peut même travailler à partir d’une pièce très abimée, tant que l’on est capable de connaître les dimensions des parties manquantes !

Le but est de recueillir un maximum d’informations sur la pièce à recréer notamment :

  • Ses conditions d’utilisation : est-elle soumise à la chaleur, à un effort important ? Exposée à des hydrocarbures ?
  • Les raisons du remplacement : on peut en apprendre beaucoup en regardant comment la pièce précédente a cassé, et pourquoi (cassé lorsque l’on démonte, plastique qui vieillit mal …)
  • La « valeur » de la réparation : est-ce que l’on répare un petit appareil électroménager a 30€, ou le bloc moteur de votre portail électrique à 300€ ? Dans le premier cas si la modélisation est trop complexe ou la pièce de trop grand format, il ne sera peut-être pas intéressant de poursuivre

Cette étape permet à la fois d’établir un devis pour la suite, mais aussi de choisir le matériau. On peut aussi dans certains cas décider de modifier la pièce à recréer, soit en la simplifiant, soit en la renforçant.

Si vous venez nous voir pour une réparation : ce point est gratuit, incluant l’établissement du devis !

La modélisation 3D de la pièce à réparer

Dans le cas où l’étude préliminaire serait positive, il nous faut maintenant créer le modèle 3D de la pièce à imprimer.
Malheureusement à cette étape, pas de raccourcis : quelques photos ne suffisent pas à travailler, et le « scanner magique » dans lequel on pose la pièce et qui fait tout le travail pour nous fait encore aujourd’hui figure de science-fiction. On passe donc (numériquement) à la planche à dessin !

Les outils de CAO dont on dispose aujourd’hui nous permettent de travailler très rapidement dans la plupart des cas, surtout pour ce type de modélisation que l’on qualifie de « paramétrique ». Vous l’aurez vu si vous nous suivez régulièrement, nous utilisons le logiciel Fusion 360 à cette étape.

Modélisation 3D d’un engrenage pour une pièce de réparation

Si vous en avez l’envie, la licence de Fusion 360 est gratuite pour les particuliers : rien ne vous empêche de vous y mettre et de créer vous-même les modèles 3D de vos pièces à réparer !

Dans le cas contraire, nous le faisons pour vous au tarif de 40€/h de modélisation. Pour que ce point ne soit pas un frein à l’utilisation de l’impression 3D dans la réparation, nous avons fait le choix de facturer au plus proche : pour la majorité des cas de petites pièces plastique à remplacer, le devis de modélisation que nous établissons reste entre 10€ et 20€.

Et finalement : l’impression 3D !

On y arrive enfin, le modèle est prêt, il reste à imprimer. C’est finalement dans notre cas l’étape la plus simple, puisque nous avons déjà réfléchi au choix du matériau, dessiné la pièce … il ne reste plus qu’à réaliser (et parfois à détacher quelques supports une fois terminé !).

Et voilà l’engrenage modélisé précédemment, installé pour la réparation !

La majorité des cas qui nous sont soumis concernent des pièces plastique d’assez petite taille, qui très souvent auront un coût de revient entre 5€ et 15€. Bien entendu, le prix est ici au cas par cas et dépendra de la quantité de matière utilisée et du temps d’impression nécessaire.

En conclusion …

Le ticket d’entrée n’est pas si élevé qu’on le croit souvent, puisqu’une petite pièce, simple à modéliser, coûtera 10€ à modéliser et quelques euros de plus à imprimer !
Nous gardons de côté tous les modèles 3D : si la pièce était à refaire, qu’il la faut en plus grande quantité, pas besoin de repayer la modélisation. On peut même espérer qu’avec le temps, on trouvera de plus en plus souvent le modèle 3D pour notre pièce sans avoir à faire la modélisation au préalable, ce qui rendra encore plus abordable le remplacement via l’impression 3D !

N’hésitez pas à nous contacter pour vos besoins, ou pour une présentation plus détaillée du processus.

Equipe Matrix 3D Niort

Laisser un commentaire